Le Vilain Petit Canard

Bon, c’est pas tout ça, hein… On déconne, on parle de trucs trop marrants, on fait les foufous… mais là, faut que je vous parle sérieusement.
Ça fait un moment que je n’ai pas écrit ici, je sais, mais attention, scoop, ce n’est pas parce que j’avais changé d’avis et que finalement, on pouvait taper sur les mômes et les traiter de nullos, que je m’en fichais.
Ça c’est fait tout naturellement au fur et à mesure que les voix se multipliaient, sur internet, au café du coin, dans la presse et en politique (un peu) pour mettre un terme aux violences éducatives plus ou moins ordinaires.
Quand j’ai commencé ce blog, c’était parce que j’avais besoin de dire qu’on pouvait faire autrement, sans abîmer les enfants, en les traitant comme des personnes. Je voulais normaliser une éducation consciente et respectueuse de chaque personne dans la famille.

Aujourd’hui, je crois que la partie est loin d’être gagnée, mais que les portes-parole sont hyper nombreux, que les figures emblématiques sont reconnues, et que le mouvement est lancé, et ça me fait très plaisir. Et puis la loi anti-fessée est passée ! (C’est un vieux motard que j’aimais qui me l’a annoncé.)

Alors pendant ce temps, je faisais d’autres trucs, comme bosser, chanter, me soigner, faire des gâteaux licorne, écrire, m’occuper de mes poussins, toussa, mais je n’étais jamais très loin.
Et à propos de poussins, j’avais envie de vous annoncer l’arrivée de mon petit dernier.
Ce n’est pas précisément un poussin, il serait plus proche du caneton…
Il y a 9 mois – oui, je sais – un certain Arnaud Valois, acteur talentueux de son état, m’a entraînée dans un projet passionnant en me demandant d’écrire avec lui l’adaptation d’un conte classique. On a choisi Le Vilain Petit Canard d’Andersen parce qu’on y voyait matière à parler de deux ou trois trucs qui nous tenaient à cœur. L’idée était d’en faire un conte audio qu’Etienne Daho (juste) pourrait mettre en musique. Et on avait le droit de tout changer !
Puis ils l’ont enregistré, ils ont fait la musique (que je vous laisse découvrir)…
Et comme si ça ne suffisait pas, c’est Olivier Tallec qui a illustré l’histoire. Si tu connais pas, tu tapes sur Ecosia et après tu fais « Ah mais si, je connais, c’est trop beau ce qu’il fait ! »
Et le tout sort la semaine prochaine, le 7 novembre 2019, chez Gallimard. Si si, je te jure…
Et là, on pourrait croire que je fais ce post uniquement pour vous chanter ma joie au visage, mais non. Ou pour faire de la pub ? Non, pas vraiment non plus.
VPC_InvitIci_161019
En fait, c’est surtout pour vous dire qu’il y aura une rencontre dans une librairie parisienne le 8 novembre à 19h. Il y a l’adresse sur la belle affiche jaune qui illustre ce post, mais au cas où :
Librairie Ici, 25 boulevard Poissonnière, Paris 2e.
Alors si vous êtes parisien.ne, même juste pour un soir, passez nous voir. Et si on ne se connaît pas en vrai, venez me dire qui vous êtes et me montrer votre tête. OK ? Ça me ferait vraiment très plaisir. Vous me reconnaîtrez, la nana au milieu des trois mecs.
Si vous voulez en savoir plus sur cette histoire, je peux déjà vous spoiler et vous dire qu’à la fin, non, le vilain canard n’est pas heureux juste parce qu’il est un cygne beau et blanc. (C’était bizarre cette fin, ou c’est moi ?) Je peux aussi vous dire qu’il y a aussi des jeux de mots plus ou moins légers comme je les aime, une chanson originale, de la natation synchronisée, des rimes, de l’écologie, de la tolérance, de la musique (mais ça je l’ai déjà dit) et la belle voix hypnotisante d’Arnaud Valois.
Cette version est assez différente de l’originale en cela que ce vilain canard est un vrai héros, et pas un punchingball. C’est une victime de harcèlement, mais c’est avant tout une personne avec ses rêves, ses émotions, ses forces, son humour… Ni un objet ni un numéro, mais une personne. Enfin un volatile, mais quand même, quoi ! Une personne comme toutes les victimes de violence, finalement. Comme tout le monde, même en fait. Je trouve ça intéressant de le rappeler, aux harceleurs, aux harcelés, au petit malin, là, au fond, qui encourage en se marrant ou à celui qui ne dit rien.
Et voilà… C’est certainement là que ce fait pour moi le lien entre ce blog et ce conte musical pour enfants.
Mais je vous ai dit qu’y avait aussi de la natation synchronisée, hein ?! 🙂
N’allez pas croire que c’est déprimant. On est vachement plus marrants qu’Andersen, c’est juré.
Alors ben… j’espère vous y voir et je vous fais de gros poutous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s