2

Maman mène l’enquête

Y a des moments où j’ai l’impression d’être détective !

Mmm… Ce bébé dort mal depuis quelques jours… Fatalité ? Jamais !
Bon, on a le droit de mal dormir, c’est vrai, mais si ça peut être évité, autant s’épargner les tronches de déterrés et les bleus à force de s’asseoir à côté des chaises.

Rappel des faits

  • 1 an
  • Allaitée à la demande
  • Cododotée
  • Grogne et gémit dans la nuit au lieu de se retourner, choper un sein et se rendormir la bouche pleine et en silence

Liste des pistes envisagées

  • Il fait trop chaud. (C’est souvent le cas.)
  • Il fait pas assez chaud. (Peu probable.)
  • On l’a couchée trop tôt, trop tard. (Bof. On l’a couchée quand elle a eu l’air d’avoir sommeil.)
  • Elle a faim et commence à avoir besoin de solides de façon plus « sérieuse ». (Elle s’est diversifié comme une grande et a tout ce qu’il faut à dispo au dîner. Je sors l’entonnoir ?)
  • Le chat lui marche dessus dans la nuit. (J’ai trouvé une moustache !)
  • Elle a un reflux. (Mieux avec un oreiller… Et puis non la nuit d’après.)
  • Je n’ai pas assez de lait. (Ou il y a trop de grenadine dedans ? Nan, mais sérieux, ça coule quand on appuie et ça glougloute à gogo.)
  • On est passés aux grenouillères pour l’hiver et du coup, elle peut plus faire du peau à peau plante des pieds contre mon ventre. (Rigolez pas, c’est une piste hyper sérieuse !)
  • À un an, il se passe des trucs dans le cerveau et ça les empêches de dormir. (OK… Ça passe bientôt ?)

Conclusion de l’enquête

Alors ok, ça prend un peu plus la tête que de juste fermer la porte pour ne pas entendre, mais ça fonctionne et j’pense que c’est vachement plus intéressant, à court et à long terme, pour elle comme pour nous.

Solution du mystère

Et si le coupable était un de ces grands changements qui se préparent et qui perturbent l’enfant dans toute sa personne tant ils sont une révolution pour lui ? Mmm… Possible… Surtout que : ELLE A FAIT SES PREMIERS PAS AUJOURD’HUI !! YOUPI !!

 

0

Que celui qui a déjà frappé pose la première pierre

Bonjour,
Je suis maman de 2 enfants : une fille de 4 ans et demi et un garçon de 2 ans.
Ce n’est pas facile de s’exprimer dans un groupe dont on ne connait personne.
Mais voila, j’ai besoin d’avancer…

Je suis violente avec ma fille.

Ça a le mérite d’être clair car je ne peux plus de me voiler la face.

J’ai toujours été pour la fessée. J’en ai reçu beaucoup, beaucoup… et je me dis que j’ai plutôt bien réussi ma vie, que je suis bien éduquée….
Alors, je crie, je hurle comme une folle. je mets des fessées à ma fille…
Et puis un jour, après une fessée, j’ai pensé très fort que si je devais sacrifié l’un de mes deux enfants, je choisirais ma fille sans hésitation… le choix de Sophie en somme.

Alors, ce jour-là, je me suis tuée…
Oui, je suis morte ce jour-là….
Morte de honte, morte de dégoût…
Pourquoi je hais ma fille à ce point ?
Parce que ma fille me ressemble.
Parce que, quand elle crie « t’es moche », « je vais te taper », c’est moi… parce que quand elle lève le bras pour me taper, c’est moi….
Parce que c’est moi que je déteste, pas elle…
Parce que mon éducation que je croyais parfaite fut humiliante et violente. Parce qu’une fessée, c’est grave… parce qu’un enfant sur qui on crie, c’est un peu de confiance en lui qu’on lui arrache…
Parce que une petite fessée, ça fait du mal et ça me fait pas du bien…
Parce que ma colère, c’est a moi qu’elle appartient, et à personne d’autre…
Parce que c’est ma faute…
Parce que c’est moi qui dois changer et reprendre ce qu’on m’a volé pour le donner à ma fille…
Parce que j’ai pas envie que ma fille trouve ça normal d’être frappée.
Parce que j’ai pas envie que mon fils trouve ça normal que maman frappe…

J’ai décidé de consulter un psychiatre.
J’ai décidé de ne plus crier et taper. De faire autrement.
J’en ai parlé à mon mari qui s’énerve facilement, mais arrive à se maitriser. Pas moi. On est d’accord…

Il n’y a pas de violence douce… il y a la violence.

Merci de m’avoir lue.

Je voudrais des conseils quand je commence à sentir la colère l’envahir… comment réagir….

Il y a quelques heures, une maman qui préfère rester anonyme a posté un message sur l’un des groupes Facebook que je suis régulièrement : Maternage alternatifs et éducation sans violence. Elle a déjà reçu près d’une centaine de messages d’encouragements et des dizaines de précieux conseils. Elle m’a autorisé à publier son message.

Pourquoi j’ai eu envie de le faire ? Parce qu’on me dit un jour sur deux que « tout ça », c’est pas pour les parents qui tapent vraiment, que les parents violents, ils ne nous liront jamais, ça sert à rien de leur expliquer… Et moi, je crois qu’ils peuvent décider de changer, que cela demande un courage immense et une remise en question abyssale, mais que c’est possible. Cette maman en est la preuve vivante et son post sincère et émouvant explique comment une bonne personne peut faire du mal à ceux qui lui sont chers. Comment elle a démonté elle-même ces phrases qu’on entend sans arrêt : « Ça n’a jamais fait de mal. » « Je suis devenue quelqu’un de bien. », etc.

Je n’arrête pas de relire la dernière ligne. Je suppose qu’elle a voulu écrire « quand je sens la colère M’envahir.. » et elle a écrit « L’envahir… » Le psy se régalerait. Je lui ai quand même dit de faire attention car certains psy sont encore trop freudiens et NON, L’ENFANT N’EST PAS UN ÊTRE VICIEUX QUI A BESOIN DE NOUS POUR RENTRER DANS LE DROIT CHEMIN.

En tout cas, j’espère que ça nous donnera envie à tous de continuer à planter des petites graines à tous les coins de rue. Même pas besoin de permis comme pour végétaliser les rues de Paris !

Je vous colle ici ce que je lui ai répondu, faute de pouvoir reproduire tous les encouragements qu’elle a reçus :

Il y a plein de conseils, plein de solutions, et je suis sûre que ta vie va changer, mais pour l’instant, je veux juste te dire bravo et merci pour ton courage et la franchise de tes mots. Ce ne sera pas facile, mais ce sera beau, et ta fille a de la chance car elle saura qu’on peut changer, se remettre en question, et devenir meilleur.
A ta place, c’est à elle que je parlerais, que je demanderais pardon, que j’expliquerais et que je demanderais de l’aide, en plus du reste, bien sûr.
Ma fille a le même âge et quand je crie, elle apprécie que je m’excuse. Quand je suis à bout, je lui demande de m’aider. Quand je crie, elle me dit « Stop, maman. Tu t’énerves. Respire. »
Bientôt. Courage. Bravo.

Vidéo
0

Captain Fantastic : encore un super héros ?

Aujourd’hui, j’avais juste envie de vous conseiller ce film qui sort en France mercredi prochain.

Film annonce Captain Fantastic

Je pense que les réflexions qu’il amène sur la déscolarisation et l’école à la maison sont un peu extrêmes, mais très intéressantes.
J’ai aussi été très touchée et intéressée par la façon dont la mort et le deuil sont traités.
Et surtout, j’ai trouvé ce film sublime.

Je n’en dis pas plus pour ne pas vous le gâcher. On en parle après, OK ?

captain-fantastic-affiche-avec-viggo-mortensen-affiche

0

Remplaçons Super Nanny par Soline et ses copines !

Je vous laisse découvrir cet article de l’excellent blog « S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée » qui défonce gentiment Super Nanny qui, entre nous soit dit, l’a bien mérité. Ça me démangeait depuis longtemps, Soline l’a fait !

Lettre ouverte : « J’accuse l’émission Super Nanny »

Le chouette annuaire de la parentalité de Priscille Arnaud

Le formulaire du CSA pour se plaindre d’un programme

Et le lien Amazon pour offrir Pour une enfance heureuse de Catherine Gueguen à tous les parents que vous connaissez !

Et si vous voulez papoter avec Super Nanny, je vous recommande sa page Facebook. J’ai essayé de temps en temps. Vous verrez, on est super bien reçus…

Allez, bisous.